4. Le choix de Fribourg

Le bailliage de Bossonnens

Et, en 1536, soucieux de ne rien changer à leurs pratiques religieuses, les habitants de Bossonnens, de même que ceux d’Attalens se plaçaient sous l’autorité de Fribourg. Les Conseils de la Ville érigèrent Bossonnens en bailliage. Le premier bailli en fut Christophe Pavillard et le dix-huitième et dernier, huitante-cinq plus tard, Bartholomé Kammerling, lorsque, en raison du mauvais état du château, le siège fut transféré à Attalens.

Hormis les corvées et la taille qui n’allaient pas disparaître, la population n’eut pas à se plaindre de leur choix. Les Conseils de Fribourg, on doit le regretter, ne manifestèrent qu’un intérêt très mitigé à l’entretien du château et de ses dépendances. La décrépitude due à l’âge, aggravée, peut-être, par la “bavure” des Fribourgeois et des Bernois en 1475 (qui ne fait l’objet d’aucune mention dans l’histoire de la seigneurie, mais d’une simple citation de Diebold Schilling, en 1485) poursuivit son œuvre destructrice au donjon aussi bien qu’au château, à ses dépendances et au bourg peu à peu délaissé.

Le site sombra dans l’abandon. Seule, la chapelle subsistera jusque vers 1720, lorsqu’à la suite du concordat signé avec le Chapitre de Saint-Nicoles qui l’avait privée de ses revenus et qui fut amenée à réparer ses torts, elle fut, à son tour, transférée au village et reçut de surcroît, la cloche qui surmontait jadis la chapelle des Saints Claude, Michel et Catherine.

5. Quelques faits intéressants