Chronique archéologique 2007

Cahiers d’archéologie fribourgeoise
Chronique archéologique 2007

Bossonnens – Château

Fouille-école
Bibliographie:
I. Andrey, Le château et le bourg de Bossonnens au Moyen Age, Fribourg 1985; H. Reiners, Burgen und Schlösser des Kantons Freiburg I, Basel 1937, 36-38; B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, Fribourg 1978, 47-51; ASSPA 87, 2004, 407; ASSPA 88, 2005, 374; ASSPA 89, 2006, 271; AAS90, 2007, 184-185; CAF 6, 2004, 216-217; CAF 7, 2005, 209; CAF 8, 2006, 244-245.

La fouille-école effectuée en 2007 par le Service archéologique en collaboration avec les universités du réseau BENEFRI avait pour objectif l’exploration des secteurs ouverts en 2006 dans ce bourg fondé au XIIIe siècle (fig. 3). Cette campagne a permis de confirmer que le mur d’enceinte occidental et sa porte ainsi que les bâtiments maçonnés qui s’y appuient avaient été érigés simultanément, intra muros, devant la porte, des dalles de pierre posées tel un seuil et un niveau de circulation portant les restes de traces de chariot ont été mis en évidence; la présence d’un pavage soigné n’a pas pu être attestée. Aucun indice d’une brusque désertion du site n’a été découvert; bien au contraire, l’absence d’objets et une couche d’incendie qui n’est que très mince suggèrent plutôt que le bourg a été abandonné de façon ordonnée et que tout ce qui avait de la valeur a été emporté. Une couche de démolition compacte située dans la zone bien accessible de la porte, à l’extérieur des bâtiments, témoigne d’une phase d’intense récupération des matériaux durant laquelle le site a servi de carrière. Des traces de trous de poteau ainsi qu’un mur en pierres sèches, l’un à l’extérieur, l’autre à l’intérieur du bâtiment accolé à la porte, au nord, prouvent que le bourg a été temporairement réoccupé après son abandon. Ces structures trahissent l’existence d’une construction massive qui s’appuyait contre les murs, localement encore conservés sur deux mètres de hauteur, ainsi que d’une construction légère en bois à proximité des murs démolis situés vers le chemin d’accès au bourg.

Christian Kundig, Gabrielle Graenert