Chronique archéologique 2010

Cahiers d’archéologie fribourgeoise
Chronique archéologique 2010

Bossonnens – Château

Fouille-école
Bibliographie:
AAS 92, 2009, 321-322 et CAF 11, 2009, 213, avec bibliographie; AAS 93, 2010, 270; CAF 12, 2010, 159.

C’est avec la collaboration d’étudiants des universités de Fribourg, Neuchâtel et Bâle, venus pour quatre semaines au maximum, qu’a été menée cette septième campagne de fouille école dans le bourg de Bossonnens. Les recherches se sont poursuivies en trois endroits au nord du donjon, d’une part le long du mur d’enceinte occidental, d’autre part au nord de la plateforme d’artillerie.

Dans un premier temps, les investigations ont porté sur la surface déjà ouverte en 2008 et 2009 au nord de la plateforme d’artillerie, qui avait livré les vestiges de deux bâtiments. A l’intérieur de la construction septentrionale, des vestiges antérieurs au XIVe siècle ont ainsi pu être documentés. Une monnaie romaine très usée, en l’occurrence un sesterce de la seconde moitié du IIe siècle de notre ère, a été mise au jour dans la couche la plus profonde atteinte lors des fouilles. Les deux couches sus-jacentes, qui se localisent encore toutes deux sous le niveau de construction du XIVe siècle, renferment pour l’essentiel du matériel de démolition portant des traces d’incendie. Le terrain naturel n’ayant pas été atteint partout, nous espérons d’autres indices lors de la prochaine campagne de fouilles. Les recherches ont ensuite touché la zone du sondage effectué en 2009 près du mur d’enceinte occidental; elles visaient à déterminer l’extension et la fonction d’une ouverture secondaire de 1,10 m de large. Hormis la porte du bourg, il s’agit jusqu’ici de l’unique ouverture aménagée dans le mur d’enceinte qui ne soit pas ébrasée. Les fouilles prévues en 2011 se poursuivront également dans cette zone.

Enfin, deux autres sondages pratiqués dans la surface située entre le donjon et l’ouverture qui vient d’être décrite visaient à rechercher les meurtrières dont on supposait l’existence dans le premier mur d’enceinte. L’une d’elles a pu être dégagée et documentée. Il est prévu, lors d’une prochaine campagne, d’établir le lien entre les fouilles de surface effectuées entre 2008 et 2010 et les sondages réalisés aux abords du mur d’enceinte. Parallèlement aux travaux de fouilles et de documentation, toute la zone du bourg a fait l’objet d’un relevé topographique.

Christian Kundig